Col de la Flüela

Col de la Flüela (Flüelapass) en Suisse

Le Col de la Flüela (Flüelapass) dans les Grisons en Suisse

De Davos, il n'existe qu'une petite route de montagne pour rejoindre la Basse Engadine. Entre Susch et Davos, la route touche le ciel au col de la Flüela. A 2383 m. d'altitude, c'est le cinquième col routier le plus élevé de Suisse (Col de l' Umbrail : 2501 m. - Col de Nufenen : 2478 m. - Col du Grand-Saint-Bernard : 2469 m. - Col de la Furka : 2431 m. - Col de la Flüela : 2383 m.), ouvert toute l'année sauf en cas de danger imminent d'avalanche.

L'accès est long et périlleux ; la route se faufile comme elle peut dans cet environnement hostile, serpentant telle une acrobate les falaises vertigineuses. Progressivement, les arbres se raréfient pour disparaître totalement. La neige éternelle n'est qu'à quelques mètres.

Au pied de falaises d'éboulis dominées par le Weisshorn (le sommet blanc) et le Schwarzhorn (le sommet noir), s'épanouit un petit lac de montagne aux eaux d'un bleu turquoise reposant ; vous êtes arrivés !

Alentours, la végétation n'existe plus, le sol n'est couvert que d'un maigre tapis d'herbe vert jaune qui se bat contre la rocaille pour survivre. Sur l'autre rive, protégée par l'ombre puissante de la montagne, la neige survit en plein mois d'août et nous rappelle que décidément là-haut, le fond de l'air est frais !

Aussi inaccessible qu'il paraisse, ce col fut pourtant utilisé dès l'époque préhistorique. Une pointe de lance en bronze et, plus tard des monnaies romaines en attestent. De nombreuses marchandises transitaient par ce chemin muletier ; du beurre, du bétail, du sel ou du blé.

Au 16e siècle, une nouvelle loi impose la fermeture du col en cas d'enneigement et en 1668, un premier abri modeste accueille les voyageurs. En 1866, le sentier de montagne devient carrossable et en 1999 enfin, l'ouverture du tunnel de la Vereina affecte sérieusement la fréquentation du périlleux col de la Flüela. Aujourd'hui, ce n'est plus un passage obligé mais plutôt une halte romantique dans un paysage typiquement grison, entre ciel et terre.

L'Hospice de la Flüela Sur les rives du petit lac, l'hospice de la Flüela sortit de terre en 1868. Seul, isolé, il avait pour vocation l'accueil des voyageurs éprouvés par une longue journée de diligence à travers les Alpes grisonnes. Les voyageurs profitaient d'un solide repas, d'une bonne douche et d'une nuit de repos avant de reprendre leur difficile expédition.

En 1929, les premiers cars postaux franchissaient le col et bientôt les voitures. Les étables de l'hospice se sont vidées mais aujourd'hui, l'établissement est toujours là, tenu par la même famille depuis plusieurs générations. La mère et la fille se feront un plaisir de commenter les nombreux dessins et photos noir et blanc suspendus aux murs boisés, témoins de cette époque révolue où les sabots des chevaux claquaient encore derrière les fenêtres.

Le restaurant de l'hospice propose de délicieuses spécialités grisonnes. Comme les "Capuns Grischuns" et, bien sûr, les renommées assiettes de viande séchée des Grisons.


La viande séchée des Grisons

Cette spécialité grisonne est confectionnée à partir des morceaux maigres de la cuisse du bœuf, séchés à l'air pur des hautes vallées grisonnes. Le secret de son goût réside en un mélange d'épices unique dont seuls quelques initiés en connaissent la teneur. Le procédé de fabrication de la viande des Grisons est resté inchangé depuis les temps les plus reculés où les familles paysannes conservaient ainsi les surplus de viande en prévision des longs mois hivernaux. La recette est transmise de génération en génération, excluant tout procédé de conservation comme l'échauffement ou le fumage ; la viande se gorge longuement et uniquement de l'air vivifiant des Alpes rhétiques. Durant cette phase, elle va éliminer l'eau et perdre la moitié de son poids initial.

Depuis septembre 1999, la fabrication de la "Viande des Grisons" est limitée par une IGP (Indication géographique protégée) au canton des Grisons ; elle oblige les producteurs à se conformer strictement au procédé de confection traditionnel et centenaire. Ce label " Graubünden, Bündnerfleisch " se reconnaît facilement à son étiquette représentant la carte des Grisons à l'intérieur de la Suisse.


Canton des Grisons